Signification de l'expression « mettre de l'eau dans son vin »

Le français est l'une des langues les plus parlées au monde. Très complexe et délicate, cette langue regorge d'énormes expressions. La maîtrise de la signification de ces diverses expressions assure une bonne communication. Cet article vous expose dans ses prochaines lignes la signification de l'expression « mettre de l'eau dans son vin » pour vous permettre de bien l'utiliser.

Une expression qui invite au pardon

En réalité, l'expression « mettre de l'eau dans son vin » peut être diversement interprétée, cliquez sur ce lien maintenant pour de plus amples infos. À l'évidence, « mettre de l'eau dans son vin » peut être compris comme étant une expression invitant au pardon et à la concorde. Dans ce contexte, l'expression « mettre de l'eau dans son vin » signifie qu'il faut se calmer. 

En effet, à la suite d'une mésentente ou d'un mal compréhension avec un ami et frère ou tout simplement avec un semblable, l'homme peut être amené à agir avec colère et poser des actes qu'il pourrait regretter. Car tout problème humain réglé avec colère est toujours réglé à tort. Et bien plus, le bien ne se fait pas dans la colère et la colère elle-même ne fait aucun bien. 

Mettre de l'eau dans son vin est donc une expression qui appelle à la conscience de tous pour que chaque homme puisse savoir garder ses émotions même lorsqu'il est sur les nerfs suite à quoi que ce soit.

Quelle est l'origine de l'expression « mettre de l'eau dans son vin »

L'expression « mettre de l'homme dans son vin » qui veut dire modérer son comportement, calmer ses ardeurs, se maîtriser ou encore se passer de sa colère a des origines fort anciennes qu'il est important de connaître. En effet, l'expression « mettre de l'eau dans son vin » a été lexicalisée dès 1640 par Oudin. 

C'est dire que c'est à partir de cette période que cette citation s'est fait connaître à travers le monde entier. Et donc, c'est son auteur Oudin qui lui a donné le sens de se modérer, passer sa colère ou encore calmer ses ardeurs. À partir de 1694, cette expression a pris le sens de « modérer son comportement » selon l'Académie française.